Skema > Actualité Skema > direction skema avec la fondation des possibles

Direction SKEMA avec la Fondation des possibles

Partager   

La Fondation des Possibles regroupe 22 entreprises du Nord de la France. Elle permet à des jeunes des quartiers populaires, sélectionnés pour leurs talents et leurs compétences, mais sans moyens financiers, de poursuivre leur parcours scolaire.

​Chaque année, parmi les candidats à l'ESDHEM 3 qui préparent le concours d'entrée aux Grandes Ecoles de commerce, nombre d'étudiants échouent à cause d'un niveau en anglais insuffisant. Il leur est souvent conseillé d'effectuer une année à l'étranger afin d'améliorer leur niveau, ce qui n'est pas toujours réalisable au vu du coût important que cela représente.

La Fondation des possibles a accompagné cette année Cheïma, Elise et Maïmouna. Elles nous racontent ce qu'elles ont vécu cette année.

Comment s’est passé votre intégration au programme « Make it Possible ? »

Elise : j’étais en DUT, au moment de choisir ma 3ème année j’étais au Vietnam, j’avais postulé en apprentissage à l’ESDHEM, j’avais passé l’entretien par Skype qui s’était très bien passé.  Cependant entre le temps où je suis rentrée du Vietnam et celui où j’ai passé le Toeic, le programme ESDHEM était complet. J’ai donc été contactée par David Letombe, directeur du programme ESDHEM, qui m’a alors parlé de la Fondation des Possibles. Il m’a annoncé que nous ferions un premier semestre local en stage et un deuxième semestre à Raleigh.

Cheïma : J’ai raté de très peu le concours ESDHEM. Mon projet professionnel n’était pas encore très clair, la Fondation des possibles m’a donc proposé de réaliser mon stage chez eux, sur le site de l’entreprise Vitamine T, pour découvrir différents secteurs et rencontrer les 22 entreprises de la fondation.

 

Maïmouna : J’avais passé le concours SKEMA mais je n’avais pas été acceptée. Je comptais repasser le concours ESDHEM l’année d’après, mais Make it Possible m’a été présenté par Monsieur Letombe. 

Comment s’est passée votre expérience sur le campus de Raleigh ?

Cheïma : Je n’étais jamais partie de chez mes parents ! A l’entretien on m’avait demandé si j’avais des appréhensions. C’était un grand saut mais ça s’est très bien passé, sans difficulté. La première semaine, c’était un peu difficile de suivre les cours en anglais, mais on prend très vite le coup : les professeurs nous envoient les cours en avance pour que l'on puisse étudier puis on en discute en cours ensuite. Il faut être actif et contribuer !

Maïmouna : Au début c’était un peu dur de s’habituer à l’accent américain, la prononciation des mots, quel bus prendre...  Mais il faut juste un temps d’adaptation. Je trouve la pédagogie américaine très intéressante car c’est une autre manière d’enseigner, où on apprend sans réellement s’en rendre compte. Mon cours préféré était « Business for Communication », il était seulement dispensé à Cheïma, Elise et moi. Nous devions créer des applications et les présenter devant le professeur et nos camarades. Cela m’a permis de m’améliorer à l’oral.

Elise : Histoire, management, multiculturel, c’était un peu complexe de passer d’un examen écrit, au TOEIC, à une pratique orale directe. Mais le changement de pédagogie nous a aidées à nous y mettre. Côté logement, nous étions en colocation ensemble avec des étudiantes en Master, alors que Maïmouna était avec des étudiantes américaines dans une autre résidence. Nous avons rencontré beaucoup d’étudiantes SKEMA à l’autre bout du monde, ce qui nous a permis de mieux nous intégrer.

Et l’année prochaine ?

Cheïma : Cette fin d’année, nous repassons les concours ESDHEM pour intégrer le campus de Paris, en fonction du Master que nous allons choisir. Pour moi ce sera un master en Ressources humaines, c’est mon idée principale.

Elise : La finance m’intéresse, mais je n’ai pas encore décidé quels aspects en particulier, et donc quel Master.

Maïmouna : Pour l’année 2018-2019, je souhaiterai passer le concours à l’ESDHEM. Je souhaiterais faire le master International Business de SKEMA pour travailler à l’international.

 

Votre meilleur souvenir à Raleigh ?

Elise : Les soirées sont animées dans la ville de Raleigh. Sans rejoindre d’association, nous avons participé aux événements culturels, aux rencontre sportives. Nous avons apprécié l’aspect multiculturel, l’African Night, le mélange des générations aussi. Comme dans les films !

Cheima : Finalement en partant, ça nous a permis de vivre une vraie vie de campus et de nous rapprocher des étudiants français… et même d’un alumni SKEMA que nous avons rencontré par hasard et qui a directement compris que nous étions étudiantes SKEMA  en nous entendant parler Français !

Maïmouna : J’ai 2 souvenirs préférés : le concours de cuisine Français contre Américains auquel j’ai participé. Une très bonne expérience, en plus nous avons gagné ! Par ailleurs, j’étais inscrite dans une association « ASU », nous sommes entrainés pendant plusieurs semaines afin d’organiser un grand défilé. Je n’aurai pas eu ces occasions en France. Le conseil que je pourrai donner aux étudiants en semestre à l’étranger : vivre l’expérience en allant à la rencontre des gens et s’inscrivant aux associations afin de découvrir un maximum de choses.

 

 

 



Pourquoi
choisir SKEMA
A la pointe des classements français et internationaux VOIR LES CLASSEMENTS
Une global business school VOIR L'ACTUALITE SKEMA
Une large offre de formations CHOISIR
Abonnez-vous
à nos newsletters.


Vos informations personnelles sont uniquement utilisées pour vous envoyer les lettres d'information de SKEMA Business School. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

SKEMA, The global Business School

BBA, ESDHEM, Programme Grande Ecole, Mastères Spécialisés®, Masters of Science, Formation Continue, Executive MBA, Doctorat, PhD, DBA….

SKEMA DANS LE MONDE